Going Home

Version française.

Paris, France, present time.
Break from the blog stories around the world to review being back, few months later.

I have been traveling for two years. During that time, I experienced many different things, some extraordinary of course, many ordinary as well. There’s no negative assert on that, travel was not only about wonders and magnificent places. Travel was about people, about connecting with the world, with others, with myself.

I lived fully, enjoyed every second. I learnt a lot about myself and about others as well. I evolved to a better version of myself, more patient, more caring, more attentive, more focused. In Japan, I learnt to listen, to truly listen.

Over there, it is politeness 101 to do so, not interrupting someone. When I landed there from South America, I very soon noticed in the wide open eyes of some interlocutors that they were shocked. Interrupting someone is very rude in Japan. I had the chance to learn this from a traditional and yet very open and kind family. And I liked it. I gave it some thoughts and tried ever since to apply that principle.

Traveling, happiness and freedom were everywhere.
No constraints: a mix of hakuna matata and carpe diem. Continuer la lecture "Going Home"

Going Home

Munich - la belle Allemande qui m'a réveillé

Petite parenthèse au voyage autour du monde, j'ai eu la chance de passer 4 jours à Munich au début du mois. De retour depuis 6 mois, ce séjour m'a fait grand bien. J'ai retrouvé l'esprit du voyage, la curiosité et le plaisir de découvrir une culture, des lieux, notre histoire, le Monde.

On attaque au bretzl. Ça me manque si je n'en ai pas au moins un par jour...

img_20161029_131141 Continuer la lecture "Munich - la belle Allemande qui m'a réveillé"

Munich - la belle Allemande qui m'a réveillé

En route pour Iguazú - le train de la mort

A Sucre j'ai laissé l'appareil photo au placard, moins d'inspiration. J'y ai retrouvé Bastien, mon camarade de chambrée malheureux qui a repris du poil de la bête et travaille maintenant dans un hotel en échange du gîte et du couvert.

J'ai quand même rallongé un peu mon séjour à Sucre. En raison des élections, plus aucun bus ne circulait dans le pays, tout était paralysé...

Une photo ou deux quand même...

img_3105

img_3106

Le temps de charger les bagages dans le pire bus que j'ai sans doute pris depuis le début de mon voyage.
L'altitude baisse en allant vers Santa Cruz de la Sierra et la chaleur n'aura de cesse d'augmenter pendant la nuit. Ma voisine a tendance à pivoter/glisser/coller ses fesses sur moi. Pas d'avances de sa part, juste l'inconfort des places du fond du bus, couplé à la chaleur. Continuer la lecture "En route pour Iguazú - le train de la mort"

En route pour Iguazú - le train de la mort

Potosí - Sucre -- le train-train

Le trajet entre Potosí et Sucre est facile, 3 à 4h de bus ou de taxi. Mais quand on est comme moi et qu'on aime les trains, quand il y a un train, on prend le train. Même si ça double le temps de parcours.

En l’occurrence, au lieu de suivre la route, le train coupe à travers la vallée. C'est le seul moyen de transport pour les villageois des montagnes environnantes.

Rendez-vous donc à la gare au petit matin. Premier arrivé et premier servi.

img_3044

img_3043

Le train n'est pas plein, mais il se remplira complètement à Betanzos, quand les rails s'arrêteront de longer la route et s'enfonceront dans la vallée. Alors évidemment, je parle de train, vous voyez des wagons sur les photos, et vous imaginez un train...

img_3042

Mais ça n'est pas tout à fait un train. En espagnol, le chemin de fer se dit ferrocarril. Ici j'emprunte un buscarril. Autrement dit, il s'agit d'un bus monté sur des bogies... La preuve! Continuer la lecture "Potosí - Sucre -- le train-train"

Potosí - Sucre -- le train-train

Potosí - l'argent ne fait pas le bonheur

Après la petite période de convalescence à La Paz, j'ai fait le choix de renoncer à faire un tour dans le sud Lipez et autour du salar d'Uyuni. Le temps commence à manquer, je dois être dans moins d'un mois à Buenos Aires pour m'envoler pour le Japon. Je vais donc explorer un peu la Bolivie avant de me traverser le Brésil à vitesse lumière pour rejoindre Iguazu où j'ai rendez-vous avec mon ancien camarade de classe Stéphane et sa copine Alice.

Potisí est connue pour être une des villes les plus hautes du monde. Elle l'est aussi pour être construite au pied du Cerro Rico (la colline riche), une montagne qui abrite l'une des plus grandes mines d'argent du monde. Ambiance ambiance, les mineurs (donc la ville toute entière) ont débrayé pendant mon séjour. L'activité est au ralenti, la ville est bien calme. Même les bus ne partent plus!

Alors je déambule, avec un plan inutile du centre-ville.
Je découvre les maisons, leur architecture très inspiré de je ne sais trop quoi...

img_2241 Continuer la lecture "Potosí - l'argent ne fait pas le bonheur"

Potosí - l'argent ne fait pas le bonheur

La Paz

Ne nous le cachons pas, le petit crachin de la veille a eu raison de mon organisme et j'ai passé le plus clair de mon temps à La Paz dans ma chambre d’hôtel, que l'on aurait pu appeler la quarantaine. Dans le lit au-dessus de moi, Bastien, encore plus malade. Et au fil des jours qui passent, d'autres malades vont et viennent. Certains ne supportent pas l'altitude et le choc d'atterrir à 4000m d'altitude sans acclimatation.
D'autres n'ont pas supporté la nourriture...

Moi la nourriture j'adore, plein de patates héritées de la tradition sud américaine. La Bolivie est un des pays les plus pauvres d'Amérique du Sud et la pomme de terre est ici un aliment de base, plus que partout ailleurs où j'ai pu aller. Et la Bolivie sera le seul pays où j'aurai trouvé du fromage de chèvre!

Quand je ne suis pas dans ma chambre d'hôtel, je suis donc au marché: Continuer la lecture "La Paz"

La Paz

Pérou - Bolivie par la petite porte / (presque) Tilali -> Puerto Acosta

Quand il s'agit de passer la frontière Pérou-Bolivie, On lit bien souvent qu'il y a deux points de passage, tous les deux au sud du lac Titicaca:

  • Soit par desaguadero en passant par tiwanaku, c'est le passage le plus direct que les bus internationaux empruntent.
  • Soit par Yunguyo qui mêne à Copacabana avec franchissement du détroit de Tiquina en bateau pour rejoindre La Paz.

On lit aussi qu'ils ne sont pas forcément des plus sympathiques pour qui aime l'officier d'immigration souriant. Et moi j'aime les officiers souriants et pas chiants. Alors j'ai regardé la carte, et j'ai vu qu'il y avait aussi des villages au nord du lac. Et ces villages sont reliés par des routes. Et qui dit routes, dit véhicules...

carte

Après quelques recherches, le passage semble possible. Quelques voyageurs l'empruntent, souvent ceux à vélo. Si vous êtes à pieds, l'important est de se caler sur les jours du marché. Continuer la lecture "Pérou - Bolivie par la petite porte / (presque) Tilali -> Puerto Acosta"

Pérou - Bolivie par la petite porte / (presque) Tilali -> Puerto Acosta