En route pour Iguazú - le train de la mort

A Sucre j'ai laissé l'appareil photo au placard, moins d'inspiration. J'y ai retrouvé Bastien, mon camarade de chambrée malheureux qui a repris du poil de la bête et travaille maintenant dans un hotel en échange du gîte et du couvert.

J'ai quand même rallongé un peu mon séjour à Sucre. En raison des élections, plus aucun bus ne circulait dans le pays, tout était paralysé...

Une photo ou deux quand même...

img_3105

img_3106

Le temps de charger les bagages dans le pire bus que j'ai sans doute pris depuis le début de mon voyage.
L'altitude baisse en allant vers Santa Cruz de la Sierra et la chaleur n'aura de cesse d'augmenter pendant la nuit. Ma voisine a tendance à pivoter/glisser/coller ses fesses sur moi. Pas d'avances de sa part, juste l'inconfort des places du fond du bus, couplé à la chaleur.

img_3107

A Santa Cruz, j'achète un billet de train, un vrai train cette fois. En ligne de mire, le Brésil. Destination, Puerto Quijarro, dernier village avant la frontière.

img_3108

img_3109

Ensuite, on déroule du rail dans une végétation très verte. Le train de la mort n'a rien de mortel, sauf si on considère que certains programme de télévision peuvent vous achever. Il tire en fait son nom d'une époque plus funeste où il servait au transport de malades (morts?) de la fièvre jaune...

img_3110

img_3112

img_3122

img_3125

img_3126

img_3132

img_3133

Le paysage sera très marécageux par endroits.

img_3137

Avez-vous aperçu le flamant rose?

img_3141

img_3143

Et puis vient la nuit et l'heure de dormir un peu. Ah oui, le trajet en train prend quand même 16h hein...

Mon voisin de siège n'est pas très causant à tendance mal aimable. Un petit vieux à qui il doit manquer une case ou deux, rien de bien méchant cependant.

img_3144

Au petit matin, après deux heures de queue, parce que le train arrive vers 7h et que la frontière n'ouvre qu'à 9h, le passage se fait sans problème. Quand je vous dit que j'aime les douaniers souriants.

Ensuite, je vais dérouler du bus et du bus, non sans avoir eu de grandes difficultés à retirer des reals brésiliens d'un distributeur en ville. J'ai presque raté mon bus d'ailleurs.

img_3149

img_3152

img_3153

img_3156

img_3159

Au bout de ce trajet, Lili et Kersu que je dois voir près d'Iguazu.

Pour se faire une idée du trajet effectué: 1700km, une bonne quarantaine d'heures au total...
On ne met pas de prix sur l'amitié. :-)

capture-decran-2

En route pour Iguazú - le train de la mort

Une réflexion au sujet de « En route pour Iguazú - le train de la mort »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *