To happiness and beyond...

J'ai pensé et écrit ce texte en anglais, vous pouvez cependant en trouver une traduction française en bas de la page. Si vous comprenez l'anglais, lisez-le en anglais, c'est bien mieux écrit...

When I left Mazunte after more than a week, I had a big knot in my guts. It is not because I was sick, nor that I was that attached to the place. I simply had an amazing week there, with her. It consisted of sand (a lot), multicolor shells, sun (a lot), chocolate bread (idem), sunsets (reds), heat (a frakin’ lot), good food (almost always), alcohol (just a little), mosquitos (heaps), music (excellent), endless talks (70%/30%) and smiles. For sure it wasn’t the best beach I’ve seen but she made the place a better place and that made me stay.

DSCF7280

For those of you who have not seen The Secret Life of Walter Mitty, go watch it! For those of you who have, you have to know I love it. Part of that love is due to the fact that it has a certain echo in my life. A big echo as a matter of fact: the kind that comes back like a good boomerang, hitting you in the head.
In the movie, Walter Mitty is a huge daydreamer, who is going to learn that dreams are one thing and life is another. I am a huge thinker, which comes in handy when you need to anticipate a complex situation or find a solution to a problem. It is also a very good thing to prepare a long-term travel. It is more of a drawback when you finally get to do it, live it and experience it. Because what comes with anticipation and thinking are dreams. And if having dreams is a good thing, dreaming too much is not: you always end up deceived by reality.
Dreaming is even more of a burden when it comes to relationships, because it can never get better than what you dreamt. In the end, it is then usually nothing less than a big deception. And sometimes it takes months to realise that those dreams are impossible. You lost time for nothing and it is hard, nothing more, nothing less.
Truth be told, none of those girls I dreamt of were meant for me. At that point, I was simply in love with Love.

And then one day, you meet a girl that makes the dreams seem so savourless and boring that it is a true revelation! She had just arrived from Bavaria in Mexico City, was jetlagged and kept talking to us until 8 pm before she could go to sleep. And that (kids), is how I met Maria.

Long story short, I tagged along on her trip, just having a hunch of what she could be, but not expecting what would follow for me.

I joined her few days later in Oaxaca and we spent one day going around and planning ahead a 5 days hike in the mountains of Sierra del Norte. She had found that in her travel guide and boy how happy I am that she did.

img_6828a-img_6828b

Some of what we experienced there is quite indescribable and introspective, you have to go there to understand. The rest is based on the kindness we received from people in those small indigenous villages, some unforgettable smiles, some new friends, excellent food and some stupendous landscapes. Those villages have been working together for ages, sharing resources to be able to survive. They now do the same but as an ecotourism group. Every (even the tiniest) one of them has some cabañas that you can rent, or just get a bed in a shared dorm. They all share the same brick and pinewood structure but the architecture is sometimes quite distinct. They all have a chimney and you can order a pile of wood to get a good fire to warm you up, dry some clothes or have someone fascinated by the flames and shut up...

During those days, the unexpected happened and I discovered someone that would have so many common points with me that I was almost scared. And at some point, I was just wondering if she would suspect me (I would have) to say "me too" every now and then just to get to her, because I liked her. From the way we see the world and enjoy things, to the (sloooow) hiking pace we have or the things we like, it was freaking me out, but it was freaking awesome to discover someone like her actually exist. My point is that those days were better than all the dreams I ever had. That was a big wake up call.
We split for few days as I wanted to see more of Oaxaca and I then joined her and Max (he soon left to Cuba) at Mazunte on the pacific shore. The rhythm and the habits came back and we enjoyed a very nice week at the beach. Technically though, I stayed in the shade...

During what she called a romantic sunset, we sat in the sand, watching the sun get red and lose itself in the ocean. Following Saint Exupery’s quote that the essential is invisible to the eyes, I closed mine to enjoy the moment. I felt in peace and happy, but as if I was sitting alone on that beach. And that’s her only flaw, she has no sparks for me.

IMG_7018

I can’t get any grudge against that, you can’t force someone’s feelings, unless you are my friend Sean. As a delightful mix of a princess, Honey Ryder and Marion Ravenwood, smart, caring, and tender, she made me truly happy for more than two weeks and I’m grateful and thankful about that.

The hardest part about happiness is not to find it but to make it last. This time it lasted 15 days-ish, but felt longer, and then she flew back home. I was lucky to meet her, for her to let me tag along in her life and fit so perfectly in mine. This time it lasted 15 days-ish, but felt longer, but those were 15 frakin’ amazing days.

Following what I experienced during my road trip in the U.S.A., I am more and more prone to believe the adage that happiness is only real when shared. Even if I’m now back to traveling alone and pretty happy about it. Meeting Maria changed me and unblocked something I still don’t fully understand. One thing I’m sure of, she luckily was my Sheryll Melhoff, singing me Space Oddity.

Dreaming too much, I was having hopes of something I didn’t knew.
Now, I glimpse it.


Vers le bonheur et au-delà...

Après plus d'une semaine, je quitte Mazunte avec une boule au ventre. Même si je suis malade, ça n'est pas pour ça, ni d'ailleurs parce que je me suis particulièrement attaché à l'endroit. J'ai simplement passé une super semaine ici, avec Elle. Pour résumer: du sable, des coquillages multicolores, du soleil, des pains au chocolat, des couchers de soleils rougeoyants, une putain de chaleur, de la bonne bouffe (à une exception près), un peu d'alcool, des vagues de moustiques, de la bonne musique, des discussions sans fins et des sourires. Ça n'était certainement pas la meilleure plage que j'ai pu voir pendant ce voyage mais Elle a rendu l'endroit meilleur, et ça m'a fait rester.

DSCF7280

Pour ceux d'entre vous qui n'ont pas vu La Vie secrète de Walter Mitty, allez le regarder! Pour ceux d'entre vous qui l'ont vu, sachez que j'adore ce film. Cela tient en grande partie au fait qu'il fait écho à ma vie. Un grand écho à dire vrai, le genre qui revient comme un bon boomerang, et vous frappe à la tête.
Dans le film, Walter Mitty est un grand rêveur, qui va apprendre que les rêves et la vie sont deux choses bien différentes. Moi-même, je réfléchis beaucoup, ce qui s'avère utile quand il faut anticiper une situation complexe ou trouver une solution à un problème. C'est aussi très utile quand il s'agit de planifier un voyage au long cours. C'est par contre un problème quand finalement vous vous lancez, partez le vivre. Parce que de l'anticipation et des pensées découlent les rêves. Et si avoir des rêves est une bonne chose, trop rêver ne l'est pas: on finit toujours déçu par la réalité.
C'est encore plus un fardeau quand il s'agit des relations, parce que ça ne pourra jamais être mieux que ce dont vous aurez rêvé. À la fin, c'est juste une grosse déception et cela prend parfois des mois de réaliser que ces rêves sont sans issue. Vous avez perdu du temps pour rien et c'est dur, rien de plus, rien de moins.
À dire vrai, aucune de ces filles dont j'ai rêvé n'étaient faites pour moi. À ce moment-là, j'étais juste amoureux de l'Amour.

Et puis un jour vous rencontrez une fille qui rend ces rêves si fades et chiants que c'en est une révélation! Elle venait d'arriver de Bavière à Mexico City, était en plein jetlag et, pour se maintenir éveillée, nous a parlé sans interruption jusqu'à 20h avant d'aller se coucher. Et ça (les enfants), c'est la véritable histoire de ma rencontre avec Maria. (ça passe beaucoup moins bien en français...)

Pour la faire courte, je me suis tapé l'incruste sur son itinéraire, ayant une impression de ce qu'elle pourrait être, sans espérer la moindre seconde ce qui suivrait.

Je l'ai rejointe quelques jours plus tard à Oaxaca et on a passé la journée à explorer le coin et préparer 5 jours de randonnée dans les montagnes de la Sierra del Norte. Elle avait trouvé ça dans son guide, et je dois avouer que je n'ai pas été déçu du voyage.

img_6828a-img_6828b

Ce que l'on a vécu là-bas est en partie indescriptible et introspectif, il faut y aller pour comprendre. Le reste, ce fut la gentillesse reçue des habitants de ces petits villages indigènes, des sourires inoubliables, de nouveaux amis, de l'excellente nourriture et des paysages stupéfiants. Ces villages travaillent ensemble depuis toujours, mettant en commun leurs ressources pour survivre. Il font de même aujourd'hui en tant que communauté éco-touristique. Chacun d'eux (jusqu'au plus petit) possède des cabañas que l'on peut louer entièrement ou partager en dortoir. Elles ont toutes la même base de briques et de bois de pin mais l'architecture est parfois assez distincte. Elles ont toutes une cheminée et l'on peut acheter une volée de bois pour faire un feu afin de se réchauffer, sécher des vêtements ou voir quelqu'un fasciné par les flammes et la fermer, pour une fois...

Pendant ce séjour, l'inattendu s'est produit et j'ai découvert quelqu'un qui a tant de points communs avec moi que j'en était presque effrayé. À un moment, j'en suis arrivé à me demander si elle me suspectait (je l'aurais fait) de répondre "moi aussi" juste comme un jeu, pour l'atteindre, parce que je l'aimais bien. De la manière dont nous voyons le monde et profitons des choses, à notre (leeeeeeent) rythme en randonnée ou les choses que nous aimons, c'était aussi flippant que génial de découvrir que quelqu'un comme elle existait. Ce que je veux dire, c'est que ce temps était meilleur que tous les rêves que j'ai pu avoir. Grosse prise de conscience à ce moment-là.

Voulant voir un peu plus de Oaxaca, elle est partie sur la côte pacifique et je les ai rejoins, elle et Max (qui repartait le jour même pour Cuba) à Mazunte. Le rythme et les habitudes sont revenus et on a passé une excellente semaine à la plage. Bon, techniquement je suis resté à l'ombre...

Pendant ce qu'elle a qualifié de romantique coucher de soleil, on s'est assis sur le sable, à regarder le soleil rougir et se perdre dans l'océan. Suivant les mots de Saint Exupéry, selon qui l'essentiel est invisible pour les yeux, j'ai fermé les miens et profité de l'instant. Je me suis senti en paix et heureux, mais comme si j'étais assis seul sur cette plage. Et c'est son unique défaut, elle n'a pas d'étincelle pour moi.

IMG_7018

Je ne peux pas lui en vouloir pour ça, on ne peut pas forcer les sentiments de quelqu'un, à moins d'être mon ami Sean. Savant mélange entre une princesse, Honey Ryder et Marion Ravenwood, intelligente, attentive et sensible, elle m'a rendu heureux pendant plus de deux semaines et je lui en suis très reconnaissant.

Le plus difficile avec le bonheur n'est pas de le trouver mais de le faire durer. Cette fois-ci ça a duré une quinzaine de jours, a paru bien plus long, et puis elle est rentrée chez elle. J'ai de la chance de l'avoir rencontrée, qu'elle m'ai laissé l'accompagner et qu'elle se soit si parfaitement insérée dans ma vie. Cette fois-ci ça a duré une quinzaine de jours, a paru bien plus long, mais c'était une putain de quinzaine de jours.

Suite également à mon road trip aux États-Unis d'Amérique, je suis de plus en plus enclin à croire l'adage qui dit que le bonheur n'est réel que quand il est partagé. Même si je suis maintenant de retour au voyage en solitaire et plutôt heureux de cela. Rencontrer Maria m'a changé et a débloqué quelque chose que je ne comprends pas encore entièrement. Une chose est sûre, j'ai eu la chance qu'elle soit ma Sheryll Melhoff, me chantant Space Oddity.

À trop rêver, j'espérais quelque chose que je ne connaissais pas.
Maintenant, je l'entrevois.

To happiness and beyond...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *