Sima de las Cotorras

Pour atteindre Sima de las Cotorras et sa promesse de verdure, il faut prendre un premier bus de Tuxtla pour Ocozocoautla, au nom tellement imprononçable que tout le monde l'appelle Coita. C'est même écrit sur les bus!

De là, il faut prendre le "bus de la communauté" et il ne part apparemment qu'une fois par jour, à 13h30. Ça tombe bien, il est 11h.

14h, le bus me laisse à une intersection, encore 4km à faire à pieds selon les informations glanées sur le web, 5 selon le panneau 4x3. Mon ombre tombe à la verticale, pas d'ombre sur le chemin, ça va être chaud. Une famille qui va visiter la Sima me charge à l'arrière de son pick-up au 4ème km. À vue de nez, ce sont bien 5 bons kilomètres.

Je m'attendais à louer une tente et à dormir sur un des emplacements de camping mais à voir les-dits emplacements, ça ne va pas être possible... Du coup j'appréhende qu'ils me louent une cabaña entière à 400 pesos mais m'en tire finalement avec un lit (200 pesos) dans une cabaña a priori prévue pour être partagée. Partagée avec personne, on est en semaine et la foule des grands jours n'est pas là.

Premier petit tour à la Sima et ravitaillement en eau obligatoire, le soleil est vraiment fort. La Sima est donc un gouffre profond de 140m et d'un diamètre de 160m. Sa particularité est d'être le repaire de 700 à 800 perruches vertes (les cotorras) qui en sortent le matin et y rentrent le soir en tournoyant.

IMG_7041 - IMG_7042

IMG_7043

IMG_7044 - IMG_7047

Une première dans ce voyage, des cactus chevelus!

IMG_7049

IMG_7050

Il y a apparemment des serpents dans le coin, ça va, celui-ci est petit. Enfin moins maintenant...

IMG_7053

En attendant la tombée de la châleur et de la nuit, je me plonge dans Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire et m’aperçoit trop tard que je n'entends plus les perruches dans les arbres environnants. Pour cause, elles rentrent au gouffre vraiment avant la tombée de la nuit, j'me suis fait eu.

IMG_7060

Dîner de 3 petits tamales avant de rejoindre mon petit lit douillet dans cette cabaña dont les murs sont montés à la manière "allez on va mettre une pierre là, un peu de ciment et on verra bien si ça tient"... Pour l'instant, ça tient!

IMG_7069

Renseignement pris, les perruches sortent à 7h. Mais comme ces feignasses sont rentrées plus tôt la veille, je me méfie qu'elles ne soient que trop reposées et décident de sortir plus tôt. 6h le réveil sonne, 6h30 je suis au bord du gouffre. Et j'attends. La nature se réveille, aidée par des touristes mexicains pour qui le silence n'est ni une priorité, ni d'or...

IMG_7091

Et puis à 7h tapante, ça démarre. Des groupes tournoient, sans avoir de sens précis défini par la communauté, la police des perruches doit s'arracher les plumes. Prendre des photos à cette heure-là, avec cette lumière et mon matériel relève de la gageure, je n'ai que cette maigre image à présenter...

IMG_7083

Même s'il a vite disparu, il a été plus facile de prendre en photo ce chilaquiles qui me sert de petit-déjeuner: tortillas de maïs frites, fromage, poulet, oignons, oeufs et sauce verte.

IMG_7106

Après ca, petite descente avec un des groupes de mexicains adepte du silence. On parcourt le gouffre sur une arête, harnachés à un câble métallique.

IMG_7108

Principal attrait de la visite, les peintures rupestres au nombre de 46 le long de cette arête. Bon, nous on en a vu 3 et je ne sais pas trop si les autres sont plus basses, presque effacées ou si notre guide était juste mauvais.

IMG_7117

La vue est en tout cas surprenante et magnifique d'ici.

IMG_7126 - IMG_7133

Spéciale dédicace à mon père. 8-{>

IMG_7134

Les perruches nichent donc dans les arbres au fond du gouffre. À noter qu'il est aussi possible de descendre en rappel jusqu'au fond mais je dois encore trouver un moyen de transport pour le retour et ne suis pas certain qu'ils vont sortir tout le matos juste pour moi.

IMG_7141 - IMG_7147

IMG_7149

Il y a quelques abeilles, qui semblent effrayer au plus haut point les mexicains adeptes du silence, qui font, du coup, encore plus de bruit...

IMG_7153

Celui-là est bien caché.

IMG_7154

Alors attention, celui-là représente un croissant de lune et la Grande Ourse. La signification de certaines de ces peintures reste encore aujourd'hui un mystère, de même que de savoir pourquoi et comment les gars sont descendus jusque-là pour faire des dessins de CE2... Certaines peintures ont été datées de 10 000 ans.

IMG_7155

Allez, on finit avec ce rocher, assuré par Spiderman!

IMG_7156

Le retour se fera jusqu'à la route en stop dans un bus d'une université de Tuxtla. J'ai failli descendre quand ils ont commencé à chanter Barbie Girl d'Aqua mais je me suis retenu. De là, je prendrai un microbus (portières électriques s'il vous plait) jusqu'à Coita puis le bon vieux bus Ananas 20 jusqu'à Tuxtla. Demain, je pars pour San Cristobal de las Casas.

Sima de las Cotorras

Une réflexion au sujet de « Sima de las Cotorras »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *